Theory : Les séries TV 2/4 : Quelles sont les tendances ?

Aller en bas

Theory : Les séries TV 2/4 : Quelles sont les tendances ?

Message par Jaynews le Mar 25 Mar - 0:17

LES SERIES TELEVISEES
PARTIE 2/4 :

Quelles sont les tendances principales ?

1. Le feuilleton

La définition « feuilleton » s’applique à toutes les séries dont l’histoire se poursuit au fil des épisodes : elles possèdent donc un début, un milieu et généralement une fin même si ce n’est pas toujours le cas en raison d’une annulation ou d’une série qui ne préfère pas donner de véritable fin comme Le Prisonnier. La tendance « feuilleton » est celle qui vise le plus à fidéliser un certain public. Des nouvelles intrigues et nouveaux personnages peuvent être insérés pour augmenter l’ampleur de l’histoire, reculant ainsi le moment de la fin en maximisant le nombre de saisons produites.
Le feuilleton est une tendance qui existait dès les débuts des séries télévisées (à partir du milieu du XXe siècle). C’est en Europe et surtout au Royaume-Uni que séries feuilletons ont vu le jour. Les feuilletons britanniques étaient souvent divisés en six épisodes. A la même époque, les premiers producteurs américains préféraient de loin des épisodes bouclés et indépendants pour leurs séries, ce qui favorisait les audiences des rediffusions.

La série feuilleton aux USA

Peu à peu, les Américains ont commencé à insérer des intrigues feuilletonnantes dans leurs épisodes indépendants, lançant ainsi leurs séries à épisodes bouclés dans des trames « à suivre ». Les auteurs se sont alors intéressés au passé des personnages, à leur évolution.
Plus récemment, les créateurs américains ont développé des intrigues s’étalant sur de six à huit épisodes : c’est la naissance de la série-feuilleton.
Aujourd’hui, il existe des séries de type « serial ». On parle également de « serialized dramas ». Ces termes désignent les séries dont chaque épisode ne constitue pas une histoire, mais qui est plutôt assimilé un chapitre. La fin peut être dévoilée en fin de saison (Heroes, Desperate Housewifes) ou à la toute fin de la série (Lost, et certainement Carnivale et les 4400 si les chaînes avaient permis la continuation de ces séries).

2. Le Soap-Opera

Le Soap-Opera est une sorte de feuilleton qui obéit selon ses propres règles, qui a son propre style et sa propre audience. C’est une série où chaque épisode est diffusé quotidiennement. Le thème est mélodramatique. Contrairement aux autres séries-feuilletons, le héros n’est pas unique et les personnages proviennent de plusieurs familles. L’unique cible de ses soaps sont les femmes au foyer : les heures de diffusion se font entre 11h et 16h (heure à laquelle les enfants rentrent de l’école). Le style de production est lui aussi bien particulier : tout est filmé en studio, il y a une abondance de confrontations dans l’histoire, abondance de dialogues et de personnages. En règle générale, une seule journée doit suffire au tournage d’un seul épisode.
Remarque : le terme « soap-opéra » vient du fait que ces feuilletons étaient principalement sponsorisés par des marques de lessive.

Evolution du soap-opéra

Le soap-opéra existe depuis les débuts de la télévision américaine. Ils étaient initialement conçus pour la radio. Avec Santa Barbara, les Feux de l’Amour et Amour, Gloire et Beauté, le soap a beaucoup évolué : la durée des épisodes a augmenté (passant de 5 à 45 minutes), son style est plus sophistiqué et les trames sont de plus en plus portées à outrance. Il existe aujourd’hui dans les soaps d’innombrables catastrophes naturelles et des interventions de serial-killers.

Soap-Opéra : les raisons du succès

Les longues trames romanesques des soaps fidélisent les téléspectateurs qui sont attachés affectivement aux personnages. Cependant, depuis l’ère de l’Age Adulte des séries (début des années 2000), les soap-opéras connaissent un certain déclin : ils sont peu à peu remplacés par des talk-shows psychologiques du genre « C’est mon Choix ».

Desperate Housewifes : un soap de soirée

Desperate Housewifes est ce qu’on peut appeler un soap de soirée ; elle conserve les thématiques du soap mais ces dernières sont traitées de façon plus traditionnelle. Les diffusions se font sur une fréquence hebdomadaire. Les séquences sont plus spectaculaires et le casting plus haut de gamme.
Peyton Place fut la première série de ce genre en 1964. Mais c’est avec Dallas que ce genre connu un succès planétaire. Melrose Place et Beverly Hills furent les dernières séries lancées sous ce concept dans les années 1990.
Mais en 2004, le genre fut complètement relancé grâce à l’avènement de Desperate Housewifes et de ses situations audacieuses.
Il ne faut cependant pas oublier que les soap furent les premières fictions à avoir abordé directement des sujets de société tels que l’alcoolisme, la maltraitance, la contraception, l’inceste, homosexualité et le SIDA…

La Télénovela

Développées principalement en Amérique latine, les télénovelas se différencient des soap-opéras par une fin déjà écrite d’avance. Les coûts de productions sont aussi très en dessous de ceux des soaps.
Remarque : Yo Soy Betty la Fea a eu beaucoup de versions à travers le monde tels Le Destin de Lisa ou Ugly Betty.


3. L’Anthologie

Dans une série d’anthologie, il n’y a ni personnage récurrent, ni histoire à suivre : seule la thématique sert de lien entre chaque épisode. La Quatrième Dimension, Alfred Hitchcock Présente ou Les Contes de la Crypte sont des exemples parfaits d’anthologie. On peut remarquer que les créateurs de ce genre de série utilisent souvent un animateur qui présente l’épisode dès le générique. Mais ces séries restent assez rares car elles ne permettent pas de fidéliser le public.


4. La Mini-Série

Une mini-série est caractérisée par un nombre restreint d’épisodes dont chacun d’eux dure précisément une heure et demie. Ces séries, aussi appelées « sagas », sont des fictions de prestige qui disposent d’un buget assez conséquent et d’un casting impressionnant.
Elles sont de plus en plus rares en raison du coût important de la production mais sont toujours utlisées pour adapter des œuvres littéraires. Stephen King insiste d’ailleurs beaucoup pour que ses adaptations soient tournées en format « mini-série ».

5. La Sitcom

Les « situation comedies » dits « sitcoms » sont des séries comiques dont les épisodes durent de 20 à 30 minutes. Elles sont diffusées en début de soirée de façon hebdomadaire. Les sitcoms traitent généralement des déboires des personnages principaux dans des décors récurrents. Les scènes sont principalement tournées en studio.
La particularité du genre est le public caché : on ne le voit pas à l’image mais leur réaction est perceptible. Les sitcoms plus récentes utilisent de moins en moins la pratique du public caché. Le but ultime d’une sitcom est de faire rire. C’est pourquoi Hélène et les Garçons, Premiers Baisers ne sont pas des sitcoms mais plutôt des soaps pour adolescents.

6. La Shortcom

Ce format s’apparente aux programmes de sketchs avec des gags et répliques drôles. La durée d’une shortcom ne dépasse généralement pas les sept minutes. Elle a surtout une fonction de « locomotive » : elle entraîne le programme de la soirée. Kaamelott, Un Gars, Une Fille sont ce genre de série.
avatar
Jaynews
TV guide
TV guide

Masculin
Nombre de messages : 103
Age : 30
Mes Séries : Lost, Nip/Tuck, Weeds, Californication, Meadowlands, Dirty Sexy Money, South Park
Date d'inscription : 02/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum